vue Les projo dans les lycées, grosse blague.
Kommunauty
Connexion
Inscription

Les projo dans les lycées, grosse blague.

le 3 janvier 2012 • Libertés • par Mizur

"Hum, quoi? On me souffle dans l'oreillette que 95% des classes en Grande-Bretagne sont équipées d'un Tableau Interactif? Ça claque !

Vite, on va faire pareil en France, mais en moins bien, pour changer !"

Ben ouais quoi, après tout, c'est ça de surfer sur la vague du high-tech, c'est ça d'être un pays Européen, hé ouais, tu crois quoi?

Après tout, afficher des trucs au mur c'est vachement nouveau comme concept !

Alors si en plus on peut consommer 60W pour avoir un affichage dégueulasse et aux contrastes dignes de la GameBoy Advance, ben on l'fait, nous, on est des français, MERDE.


Bon déjà, on a testé chez les gosses avec des super maquettes et des super plans prévisionnels de chez le boulanger du coin.

Le souci, voyez, c'est que c'est dommage de claquer 1500 euros pour des mioches.

Après tout, c'est vrai que les stimulations visuelles, faire joujou avec un stylo magique qui transforme des formes écrites à la main en lettres virtuelles, et colorier des cartes géantes, ça convient mieux à des étudiants de 18 ans, hein.

Ceci n'existe pas.


Naaan mais faut pas déconner, fallait quand même y penser. C'est un tour de force, faut admettre.

Bon par contre, évidemment on a un porte-monnaie qui permet d'acheter des tableaux, des projecteurs très chers et des logiciels hors de prix pour transformer une flèche manuelle en une flèche bien droite (comble de la modernité, faut avouer), mais on a oublié de :

  • Fournir des pieds mobiles à la majorité des tableaux achetés, (à 400 euros les roulettes, c'est chero, mais on est un bourge ou on l'est pas, hein), du coup on a 3 tableaux par établissement dans des salles fixes.

    C'est gentil pour Mr. Grincheux, prof de musique, qui peut squatter la salle toute l'année pour faire souffler ses élèves dans des flutes en toc et qui utilisera le tableau en début d'année pour écrire son nom et dessiner des notes de musique.

  • Distribuer (et simplement, de concevoir) des manuels à l'intention des profs et des élèves concernant l'utilisation approfondie et UTILE de ces tableaux.
  • Toucher deux mots à ce sujet aux profs, qui découvrent ça par magie dans leur salle un beau matin et qui n'ont plus qu'à bugger devant pour conclure avec philosophie "qu'est ce que c'est que cet engin?".
  • Se fourrer dans le crâne qu'un outil ça s'utilise, ça s'use.

    Mais vous comprenez, c'est cher ces tableaux là, on les utilise 6h en tout dans l'année mais pas tellement plus parce que l'ampoule du projo pourrait lâcher, nom d'un pipe.

  • Se souvenir de tous les couts annexes (enlever les tableaux présents, les transporter dans un dépotoir quelconque, faire livrer le nouveau tableau, payer une fortune son installation (avec des câbles qui traversent les murs et le plafond n'importe comment)) et de casquer encore plus parce que : Faut consolider le mur, enlever l'estrade en dessous, remonter le plafond, etc...

Houlala attention, prudence les enfants, (19+21+15+17+27)/6,
ça méritait bien une explication sur un tableau interactif.


Le mieux ça reste pour les cours d'anglais, c'est indéniable.

On passe du lecteur cassettes rayées des années 80 à un écran tactile.

Ça décoiffe.

"Today is monday, Monday needs technology. We are the future."

SANS BLAGUE.

Pourquoi?

C'est quoi cette course aux technologies, foutues n'importe comment?

Ca serait pas plus malin ou constructif d'équiper avec de nouveaux ordinateurs, d'acheter des licences de logiciels chers pour le particulier comme des suites de dessin, de design ou de programmation?

Après tout, pour le citoyen de demain, qu'est ce qui l'aidera?

Savoir utiliser correctement une boite mail, gérer un petit serveur de multimédias, dépanner son ordinateur tout seul comme un grand, ou même recevoir ses cours numériquement par mail, avoir un système de dialogues élèves/profs même à domicile?

Assurément non, il a besoin d'un clown sur une estrade qui griffonne au ralenti un tableau sur lequel la phrase "Bonjour les enfants" devient "8ami0vr Ies emfomts".


Des gosses de 13 ans ont Facebook et vous voulez expliquer à des jeunes de 16 ans comment on fait une recherche Google et comment on trouve un bouquin dans un rayonnage de bibliothèque classé par ordre Satanique plutôt qu'alphabétique?

Mettez vous au gout du jour, bon sang !

Affligeant.



  
Aucun commentaire

Sois le premier à débuter une discussion à propos de cet article !



Ajoute un commentaire !

Ajouter une image... Trouvée sur internet » De mon PC »
Adresse URL :
Adresse de la page de la vidéo :
Taille du texte :
Couleur du texte :

Article lu 9002 fois.